collectif négatif

Les Établissements Phonographiques de l’Est

Les EPE

2017, fichier, 64mn.

De 1988 à 1994, dans le quartier Est de Paris, alors exsangue, du Père-Lachaise, un lieu pluridisciplinaire a accueilli le fleuron d’une scène artistique internationale expérimentale, radicale, industrielle, noise, avant-punk…
Disquaire à l’étage le jour, les EPE accueillaient la nuit dans leur cave, des concerts, performances, projections d’art vidéo et de cinéma expérimental, lectures, atelier bondage, salon des fanzines…
Les performances trash de Jean-Louis Costes y côtoyaient les lectures du poète sonore Bernard Heidsieck.
Au croisement de la fin des 80’s et de la naissance des 90’s, les EPE ont connu la fin de la musique industrielle et la naissance d’une scène avant-punk toujours extrêmement influente.
Un lieu underground contemporain de la 1ère guerre du Golfe et qui aura duré le temps d’un second septennat pour François Mitterrand.

Avec les témoignages des fondateurs des EPE, Nicolas et Christophe Willmann, Ruelgo du « Syndicat », le disquaire Yann Richard, le performeur Jean-Louis Costes, le cofondateur de « L’Abominable » Emmanuel Carquille, Jean-Yves Leloup & Erwan Huon d’ « A Bao A Qou », Patrice Herr Sang du label « New Wave », Lionel Fernandez & Erik Minkkinen de « Sister Iodine », Denis Chevalier de la revue  « L’armateur », l’artiste contemporain Éric Pougeau & Andy Moor de « The Ex »
& les concerts et performances de Die Form, Bernard Heidsieck, Algebra Suicide, Alto Bruit, Sister Iodine, Flaming Demonics, Whitehouse, Terrie Ex, Tom Cora, Keiji Haino, Merzbow & Dog Faced Hermans…

Avec le soutien de l’atelier 105 de Light Cone financé par la région Île de France.

La chanson politique de Colette Magny

La chanson politique de Colette Magny

2017, fichier, 32mn.

Colette Magny a, très tôt, refusé la carrière dans le show-business que sa voix lui offrait.
Elle choisit l’engagement politique et la recherche musicale.
Blues, free jazz, collage, anti-poésie, voix parlée, chanson-enquête, musique contemporaine…

Voir le film ici

Diffusion : Squat rue de Valenciennes (Paris, 2017); Roule ta bosse (Muneville-sur-mer, 2017); La Fabrica’son (Malakoff, 2017); L’été libertaire (Quartier Libre, Nancy, 2017); Festival Images contre nature (Marseille, 2017); Festival Colette Magnyfique (Paris, 2017); Festival Doclisboa (Lisbonne, 2017); Festival Les Écrans documentaires (Arcueil, 2017).

Jacques Doyen, le diseur de poèmes

Jacques Doyen

2017, fichier, 12mn20.

Jacques Doyen, comédien et chanteur décide à partir de 1957 de se consacrer uniquement à la poésie.
Habitant parfois 6 mois les textes avant de les interpréter, Jacques Doyen considère la poésie comme le meilleur moyen de combattre la guerre et le racisme.
En 1982, il est l’interprète du mythique morceau « Sacré » avec Jac Berrocal.

Voir le film ici

Diffusion : Squat rue de Valenciennes (Paris, 2017).

Mauvais nazis et bons aryens

Mauvais nazis

2015, fichier, 27mn17.

Que faire des anciens nazis ?
Les fusiller sans autres procès, les pendre après jugement, les enfermer à vie, les libérer après remise de peine et attendre leurs retours au foyer pour enfin les faire flamber ?
Et quel comportement avoir avec les nouveaux nazis ?
Les laisser parader au nom de la liberté d’expression, contre-manifester ou se foutre ouvertement de leurs gueules ?

Voir le film ici

Diffusion : Cinéma la Clef (Paris, 2014); Squat rue de Valenciennes (Paris, 2015).

La bite à la bouche

La bite à la bouche

2013, dv, 3mn.

Plus on en parle, moins on ne la voit.

Une passion française

Une passion française

2013, dv, 1mn58.

Faire un film dans l’urgence… d’une envie pressante.

Voir le film ici

Eraflures

Eraflures

2013, dv, 8mn30.

Le sujet du graffiti à été traité de multiples fois par la télévision que ce soit pour parler des cavernes, des toilettes publiques, de la seconde guerre mondiale ou de Mai 68.

Voir le film ici

Diffusion : Shakirail (Paris, 2013); Festival Images contre nature (Marseille, 2013); Camp de Mauvaisin (Haute-Garonne, 2013).

Eloge de l’accélération

Eloge

2013, dv, 13mn.

Boby Lapointe avait la réputation de ne pas avoir le sens de la mesure et d’accélérer les temps. « Au contraire, c’était très rigide », souligne Roland Godard qui a accompagné Boby Lapointe au piano, « C’est comme Erroll Garner, tout le monde parle de sa main gauche en retard alors que c’est sa main droite qui prend des libertés, la main gauche garde un tempo bien préçis ».

Voir le film ici

Paris pourri

Paris pourri

2012, dv, 12mn.

La première génération punk française est, intellectuellement, très confuse.

En effet, aller à la télévision pour la contester est la cautionner. Le fait de pouvoir s’y exprimer est la preuve d’une relative tolérance.

Si le discours prononcé est ridicule, la faute n’en incombe qu’aux autoproclamés porte-paroles du mouvement (à l’opposé de l’anarcho- punk argumenté et réfléchi du groupe anglais Crass).

Plutôt que d’exprimer une réelle opposition, l’urgence parisienne semble avoir été de faire le kéké en portant des lunettes noires en boite de nuit.

Avec Métal Urbain, Elli Medeiros, Jacno, Plastic Bertrand, Patrick Eudeline, Kiki Picasso, Jean-François Bizot, Jacques Attali, Danièle Gilbert, Philippe Bouvard, Yves Mourousi, Patrick Sabatier, Jean-Loup Laffont, Jacques Chazot, Gilles Jacob, Bulle Ogier, Charlotte Julian et Claudine Dimay.

Voir le film ici

Diffusion : Shakirail (Paris, 2012); Box 202 (Paris, 2012), Le Cinéma Voyageur (Ivry, 2013); Château de Mauvaisin (Mauvaisin, 2013); FiFi (festival rue râle de films des terres minées, Saint Germain de Salles, 2013), L’hôtel des viles (Clermont-Ferrand, 2014); Le café culturel citoyen 3C (Aix-en-Provence, 2015); La Parole errante (Montreuil, 2016); La Grange à palabres (Taillac, 2016).

Les Charlots ont des Problèmes

Les Charlots

2012, fichier, 25mn.

Apologie du détournement et de la destruction.

Voir le film ici

Patrick Dewaere à la télévision

Patrick Dewaere

2012, dv, 45mn.

Ce documentaire est autant le portrait de Patrick Dewaere que celui des idéaux soixante-huitards.

Voir le film ici

Diffusion : Shakirail (Paris, 2012)

Aliénation et hiérarchie (ou l’anti Dutronc)

Aliénation et hiérarchie

2012, dv, 22mn.

En 1966, les frais de la guerre du Vietnam amènent des suppressions de postes dans les  universités américaines. Le Français Joël Sternheimer, docteur en physique théorique de 23 ans,  voit son poste d’assistant à Princeton supprimé.

Voyant le chanteur Antoine devenir un phénomène en France, son diplôme d’ingénieur le  mettant à part du monde classique de la pop, Joël Sternheimer décide de faire à son tour un  disque étant largement plus diplômé.

Revenu en France, il passe avec succès une audition chez Disc’AZ et enregistre en quelques jours en 1967, sous le pseudonyme d’Évariste (en référence à Évariste Galois), un disque qui connaît un vif succès : « Connais-tu l’animal qui inventa le calcul intégral ? ». Le disque est très critique envers Antoine et Jacques Dutronc. Dutronc est cité régulièrement dans ses chansons jusqu’en 1974.

Cette escapade se voulait au départ sans lendemain. Mai 68 pousse le chanteur à reprendre la guitare pour enregistrer, en autogestion cette fois un disque aux accents plus clairement politiques.

Que ce soit dans ses chansons, son travail de recherche ou ses entretiens, Evariste lie la hiérarchie à l’aliénation.

Voir le film ici

Diffusion : Gaîté lyrique (Paris, 2012); Sonic Protest (L’Archipel, Paris, 2016); L’été libertaire (Quartier Libre, Nancy, 2017).

yves-marie mahé | collectif négatif 2007-2013 | wordpress | theme aav1